Modeste Mignon (1844)

La Comédie Humaine : Études de moeurs : Scènes de la vie privée : 5/27

Période décrite : 1829 +

Thèmes abordés : Amour-Mariage Arts-Littérature

386 pages dans le tome 1 de l'édition de la Pléiade (lire l'édition de poche)

Peinture d'une famille de province où se trouve, au milieu des vulgarités, une jeune fille exaltée, romanesque : Modeste Mignon. Par une correspondance, elle tombe amoureuse d'un grand poète parisien. C'est sans compter sur la fatuité de ce poète qui avait laissé le soin de répondre à la première lettre de Modeste par un ami ... On retrouvera alors trois (et oui !) prétendants autour de Modeste. Heureusement, l'amour sincère de l'ami vaincra.

4.5/5 Une peinture très exacte des cours ridicules des hommes intéressés uniquement par l'argent et de la timidité des hommes réellement amoureux. C'est aussi une peinture non moins exacte des hésitations d'une jeune fille entre la célébrité (Canalis), le nom (le duc d'Hérouville) et l'amour sincère (La Brière).

On y retrouve : Diane de Maufrigneuse, comtesse Hugret de Sérisy, comte François Keller, comte Henri de Marsay, Raoul Nathan, baron Frédéric de Nucingen, Sophie Grignoult (dite Florine), Jean-Joachim Goriot, baron Hippolyte Schinner, Béatrix-Maximilienne-Rose marquise de Rochefide, Jean-Jacques Bixiou, général marquis Victor d' Aiglemont

Lieux principalement mentionnés (détails) : Le Havre ; Paris ; Rouen


On peut y lire (+):

  • page 553 Il faut souvent, hélas ! deux hommes pour en faire un amant parfait.
  • page 644 Les perfections de l'industrie ne soufflent pas la vie à un peuple, et ne diront pas à l'avenir qu'il a existé; tandis que l'art égyptien, l'art mexicain, l'art grec, l'art romain avec leurs chefs-d'oeuvres taxés d'inutiles, ont attesté l'existence de ces peuples dans le vaste espace du temps, là où de grandes nations intermédiaires dénuées d'hommes de génie ont disparu, sans laisser sur le globe leur carte de visite !
  • page 649 Ne pas écouter est non seulement un manque de politesse, mais encore une marque de mépris.
  • page 492 L'innocence des filles est comme le lait que font tourner un coup de tonnerre, un vénéneux parfum, un temps chaud, un rien, un souffle même.
  • page 673 Les hommes sont des toupies, il ne s'agit que de trouver la ficelle qui s'enroule à leur torse.
  • page 639 Les hommes pour se marier jouent autant de rôles que les mères en font jouer à leurs filles pour s'en débarrasser.
  • page 477 Quel crime de lèse-million que de démontrer aux riches l'impuissance de l'or !
  • page 625 Le Parisien s'étonne que tout ne soit pas partout comme à Paris, et le Français, comme en France.